Faso Attieké

Unité de transformation de manioc sous forme de couscous ou attiéké

Jeune entreprise existante à fort potentiel d’impact social, déjà rentable, qui produit et met actuellement sur le marché 2 produits : l’attiéké simple (encore appelé garba) et l’abodjama (attiéké gros grains et petits grains) sous 2 formes : frais et séché.

Filière

Manioc

Manioc

Couscous de manioc, au goût légèrement acide, l’attiéké est un aliment qui se consomme frais de préférence. Très apprécié pour son goût, ses valeurs nutritives et ses atouts diététiques, l’attiéké est une denrée prisée au Burkina Faso. Il se conserve et s’exporte ou se commercialise sous forme séchée. Sa haute teneur énergétique et sa richesse en fibres en font l’aliment de tous.

Facilitateur

Les produits

L'attiéké frais (petit grain)

L'attiéké frais (petit grain)

Il est de grande consommation et s’adresse à toutes les couches sociales à cause de son bas prix. Conditionné dans des emballages plastiques, il est vendu en gros à 278 F le kg. Il occupe 45% de la production actuelle de Faso Attiéké. Les plus gros clients de ce produit que sont les restaurants universitaires, ont un délai de règlement long. Alors Faso Attiéké veut se concentrer sur une clientèle plus liquide compte tenu de sa fragilité et de sa trésorerie très tendue. Cette clientèle déjà conquise est constituée des restaurants populaires et ordinaires de la ville de Ouagadougou, de quelques cantines scolaires privées de Ouagadougou et Koudougou, des ménages à faibles revenus de Ouagadougou qui ont des délais de règlement très courts.

L'abodjama

L'abodjama

Il se différencie de l’attiéké petit grain par son goût et se reconnaît facilement à cause de ses grains plus gros et moins homogènes. Il est vendu à 400 FCFA/Kg et représente 55% de la production de Faso Attiéké. Perçu comme un produit de meilleure qualité et meilleur goût, il s’adresse à une clientèle moyen de gamme composée actuellement des restaurants et des ménages à revenus moyens.

La promotrice

Florence Bassono

Mme BASSONO Florence est la promotrice de Faso Attiéké. Elle a 34 ans et est secrétaire de direction bilingue de formation. Elle est diplômée de l’Institut Burkinabè des Arts et Métiers de l’Université de Ouagadougou. C’est une self-made woman, avec un grand caractère entrepreneurial et est très battante. Elle possède des aptitudes en management et en production d’attiéké grâce aux différentes formations qu’elle a reçues et à son expérience professionnelle. Mme BASSONO a en effet occupé le poste de Secrétaire de Direction dans des entreprises dont la CNSS, INADES Formation, CENATRIN pendant sa formation, et à temps plein à SYSAID FASO et Progrès Auto Ecole. Elle a aussi été Assistante Administrative à ECOCERT, British American Tobacco. Mme BASSONO a enfin réalisé une mission de consultante auprès du programme PDA/GIZ sur la transformation du manioc à l’issue de laquelle elle s’est intéressée à cette filière. Elle dirige depuis 2016 l’entreprise Faso Attiéké.

Accompagnement

  • Projet
  • Objectifs
  • Impact

Le projet d'accompagnement du FAI

Aujourd’hui l’entreprise réalise un chiffre d’affaires moyen de 8,5 millions FCFA par mois. Après avoir prouvé le potentiel de l’activité, la promotrice souhaite désormais passer à une autre étape.

Actuellement la préparation de l’attiéké se fait manuellement ce qui nécessite un long temps de préparation. Le projet de Faso Attiéké vise à mettre en place une unité semi industrielle de production d’attiéké pour augmenter la capacité de production de 750 Kg/jour à 2000Kg/jour.

Les objectifs de l'accompagnement du FAI

  • L’achat d’une chaîne complète de production d’attiéké afin d’augmenter la capacité pour atteindre 2 000 kg par jour (contre 800 Kg / jour aujourd’hui)et d’améliorer la qualité de la production ;
  • L’aménagement du site de production pour le faire correspondre aux normes industrielles exigées ;
  • La structuration de la filière d’approvisionnement en manioc et produire entièrement l’attiéké à partir du manioc local ;
  • Le développement de la production de produits à forte valeur ajoutée et encore peu présents sur le marché tel que l’attiéké séché et l’amidon de manioc ;
  • L’achat d’une conditionneuse pour développer l’activité d’attiéké séché ;
  • L’acquisition d’un véhicule de livraison pour développer la distribution ;
  • L’ouverture de 3 points de ventes dédiés à la vente de plats d’attiéké prêts à être emportés.

L'impact attendu de l'accompagnement du FAI

Faso Attiéké est un projet à fort impact dans les domaines suivants :

  • réduction de la pauvreté, en structurant la filière manioc en aidant à augmenter les revenus des producteurs et des agents transformateurs ;
  • contribution à la sécurité alimentaire ;
  • substitution aux importations en remplaçant l’attiéké importé par de l’attiéké produit au Burkina
  • création et consolidation des emplois formels ;
  • contribution à l’économie nationale avec le versement d’impôts et taxes au budget de l’État.

Success story

Also available in English: click here!

Voir aussi les capsules :

L’innovation au service du social

In English here.

Un modèle à suivre

In English here.

Le développement d’une production 100% locale

In English here.

Faso Attiéké est une unité de transformation de manioc en attiéké qui est passée d’une forme associative à une entreprise individuelle en 2014. Après les différentes formations reçues, Mme BASSONO a démarré l’activité de transformation du manioc en mars 2010. Pour ce faire, elle a mis en place un groupement d’une vingtaine de femmes maîtrisant la production d’attiéké, qu’elle a équipé sur fonds propres.

Après avoir réussi les premiers tests et mis en place une bonne organisation, Faso Attiéké a commencé par la production d’attiéké petit grain frais. Elle a  intégré en 2011, à la demande des clients, la production de l’attiéké frais gros grains ou abodjama. Aujourd’hui, l’abodjama est fabriqué régulièrement et représente 10% de la production totale de l’unité. Par ailleurs, l’entreprise expérimente en 2013 la forme déshydratée de l’abodjama pour conquérir le marché de l’exportation, la clientèle moyen haut de gamme et les  cantines scolaires. Cette production reste toujours irrégulière aujourd’hui et se fait à la demande du client. 

8.5M FcfaChiffre d'affaires mensuel
800kgCapacité de production / jour
14000tTaille du marché

Les produits de Faso Attiéké s’adressent à un marché estimé actuellement à 14 000 tonnes avec une croissance moyenne de 15% par an.

20Femmes

Un groupement de 20 femmes assurent la production de l'attiéké.

Partagez ce projet

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Découvrez d'autres projets

Association Wend Puiré
Filière Apiculture
Centre-Ouest

Association Wend Puiré

ONG burkinabè qui travaille pour la promotion nationale et internationale d’une apiculture moderne respectueuse de l’environnement.
Filière Cajou
Hauts-Bassins

COOPROLEF

Coopérative des Producteurs de Légumes Et de Fruits créée en 2004 par les producteurs de Kourinion pour mieux organiser la production et la commercialisation de leurs produits (anacardes, mangues et hibiscus) suite à la mévente constatée sur le marché des produits agricoles
Filière Riz
Centre-Est

Kokuma

Unité d'achat et de transformation du riz paddy local, elle s’approvisionne en paddy auprès des producteurs de la plaine rizicole de Bagré principalement. Elle propose à ses clients du riz blanc de qualité de plusieurs variétés, commercialisées sous la marque ‘’Bagré Mariam Mui’’.
Filière Bétail
Centre

Charcuterie du Sahel

Unité de transformation de viande d'animaux d'élevage, elle est spécialisée dans le domaine de la fourniture et la transformation des produits carnés du porc. Elle propose les principaux produits suivants : saucisses, merguez, filet, viande hachée, sauté, lardon jarret, chipolata, etc.